top of page
Rechercher
  • emilieburg

Bilan après 28 jours de Panchakarma

Dernière mise à jour : 11 mars


Les jours se suivent et se ressemblent, et c’est justement ça qui est agréable. Pas de surprise, un petit ronron qui laisse de l’espace pour la douce vacuité, pas d’urgence, tout se fait en prenant son temps, on a toute la journée. No Stress.



Voici à quoi ressemble une journée de Panchakarma :

6h30 : Réveil

6h30 : Prise de tension, de la température et du niveau d’O2 dans le sang par la "sister" (infirmière)

6h35-7h00 : Salutations au soleil, yoga ou méditation selon l’humeur

7h00 : Petit déjeuner chyavanaprash avec du lait chaud et un remède (voir 4ème photo ci-dessous)

7h45-8h00 : «Défilé» des jeunes médecins pour faire le point sur les douleurs, les évacuations, l’appétit, le sommeil…

8h00  Docteur Gupta me rend visite tous les matins comme aux autres patients, prend connaissance de l'évolution de mes douleurs, de mon état général, et décide de l’ajustement des traitements.

8h30-9h30 Traitements manuels, pour moi c’est d’abord un abhyanga (30 Minutes) puis 10 minutes de Svedana et à nouveau 25 minutes de soin manuel : mashapinda pour soulager la tension dans les muscles et les articulations, augmenter la force musculaire.

10h30 : Niruha Basti qui est lavement à base d’une décoction (un jour sur deux)

12h00 : Repas

14h30 : Traitement du genou (ligament) avec un cataplasme d’herbes ayurvédiques (Nirgundi)

15h30 : Traitement des oreilles (Karnapuran) par un bain d’huile chaude pour soulager des acouphènes

16h00 : Lait chaud avec mon remède à base de plantes

17h00: Collation papaye

18h00 : Repas du soir

19h00 Matra Basti qui est lavement à base d’huile médicinale (un jour sur deux).

20h30 : Lectures, films (indiens;)

21h30-22h : Extinction des feux.



Le reste du temps est consacré au repos, lectures, promenades dans l’enceinte de l’hôpital car il est interdit de sortir pour ne pas perturber le processus (trop de Vata à l’extérieur). Les ordinateurs et téléphones sont autorisés mais j’ai tenté de déconnecter à plusieurs moment, surtout au moment de la purge, pour mieux apprécier la cure.


Grâce aux traitements, à la diète alimentaire (élément essentiel de la cure), au repos, la clarté mentale le bien-être et le lâcher-prise émergent doucement. Quatre semaines ce n'est pas trop long, il se passe beaucoup de choses la dernière semaine. Il faut du temps pour se détoxifier.

Je le répète, c’est difficile au début: manger toujours la même chose avec une sensation de faim assez constante (pour moi qui ai un bon feu digestif), certaines médecines sont amères et difficiles à avaler, ne rien faire et finalement se retrouver seule face ou avec soi-même, c'est inconfortable.

Pendant les trois premières semaines, je dois bien avouer que n’ai pas pas appliqué ce «ne rien faire» tout le temps, j’ai écouté des heures d’interviews et conférences de Ramana Maharshi, Yongey Mingyur Rinpoche, Deepak Chopra, Eckart Tolle, lu les yoga Sutra de Patanjali. Finalement la phrase de mon fils de 12 ans (et de Zaho de Sagasan) résume bien tout ce que j'ai lu et entendu: "Au dessus les nuages, il fait toujours beau." On peut comparer les nuages à notre mental et le ciel infini à notre nature profonde, celle qui est en chacun de nous, disponible.


Le panchakarma n’est pas simplement un nettoyage de la tuyauterie, c’est une réinitialisation, un processus mental qui amène joie, clarté, calme et grands changements (je confirmerai dans quelques mois;). En tout cas, les envies de choses saines et de bonnes habitudes, celles qui font du bien, sont là.

Je terminerai sur cette phrase du livre du Chauhan Partap: On dit du bonheur qui a le goût du poison au début mais qui, à la fin, devient nectar, que c’est le bonheur obtenu à partir du mode de sattva, ou bonté. »

(Extrait de: « Ayurvéda. » )




Toute ma gratitude à Carole Zinsel qui m'a convaincue de faire ce panchakarma, à mes enfants qui ont été sages comme des images pendant mon absence et ont laissé leur maman partir à 10 000 km en confiance, à mes parents et leur papa qui les ont gardés, à mon compagnon Marc et mes amies qui m'ont soutenue et encouragée dans cette démarche, à Christa (Happy Basti!) , délicieuse et inspirante autrichienne et compagne de cure, et à toute l'équipe de médecins, notamment Docteur Namrata, dont le rayonnement et la douceur guérissent autant que les remèdes.













52 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page